Le 6 juin dernier, Deza Nguembock inaugurait le 65 ème Congrès annuel de l’association des bibliothécaires de France, s’articulant autour du thème « Au-delà des frontières ».

Tracer une frontière, c’est mettre de la distance dans la proximité.

Les frontières sont au cœur d’actualités brûlantes et de réflexions inquiétantes : volonté de création de mur, accueil (ou non-accueil) de migrants, repli identitaire, peur de l’Autre, frontière sociale…

Et pourtant, quand on traverse une frontière, comme Deza Nguembock l’a fait en tant qu’enfant / adolescente malade en marge de la société, partant du Cameroun pour aller en France ou encore aux États-Unis, on trouve de la connaissance et de l’enrichissement personnel et collectif, on s’ouvre à la diversité, aux échanges… on trouve l’Autre mais on se trouve aussi soi-même. Bref, on en ressort transformé.

Ces frontières qui se dressent entre les individus, les séparent, avec comme matériaux la peur et les préjugés, E&H LAB cherche à les déconstruire afin de relier les gens. Cette mission d’intérêt général a pour leitmotiv l’audace. Car lors de la création de cette agence de communication, il a fallu déplacer les frontières du territoire d’action « normal » d’une agence, voir plus loin pour se réinventer et réinventer la société…

Les nombreuses campagnes menées par E&H LAB se positionnent comme véritable fabrique du citoyen. Une mission partagée avec les bibliothèques, espaces de découverte, de connaissance, de développement personnel, qui participent également à la construction d’une société plus inclusive.

Ce congrès fut riche de rencontres et de partages.

Retrouvez prochainement un extrait de la conférence de Deza Ndguembock sur notre blog.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •