EN 2020, APPRENONS À CONJUGUER « CO » EN PUISSANCE 3 !

 

« 2019 a été marquée par des contestations tous azimuts, la poussée populiste en Europe alimentée par la saga du Brexit, la prise du pouvoir au Brésil d’un candidat d’extrême droite, des morts de manifestants réclamant la démission de leur Président en Haïti, des canicules exceptionnelles avec des records de températures en Europe comme au Pôle Nord, des incendies sans précédent en Australie et, une grave crise sociale en France suscitée par le projet de la réforme des retraites qui a donné lieu à d’interminables grèves ; lesquelles ont eu pour conséquence la mise à mort de quelques très petites entreprises…
Que dire de nous en tant qu’individu à part entière dans un contexte aussi violent, inquiétant et trouble ?

Toutes les 40 minutes en France, une personne ne supportant plus les souffrances qui sont les siennes se suicide. Dans le monde, 25% de la population est concernée par les troubles psychiques qui sont la 1 ère cause d’invalidité et la 2 ème cause d’arrêt de travail.

Henri Salvador chantait dans les années 60 « le travail, c’est la santé » ; ce que des chercheurs américains ont confirmé dans une étude publiée en 2014 dans « The Journal of Science and Medecine ». Pourtant en 2019, des observateurs ont rapporté que 50% des millennials et 75% des « Z » ont quitté leur job pour préserver leur santé mentale. Quand on sait la place qu’occupe de nos jours le travail dans nos vies, et sachant qu’il n’y a pas de santé sans santé mentale, suffit-il que l’horloge de minuit annonce la nouvelle année, que les vœux pour la terre entière soient prononcés pour que tout se passe bien comme par enchantement ?
Les observateurs internationaux disent de 2020 une année marquée par la fragilisation mentale avec une « spectaculaire montée d’une forme de fragilité mentale face à un monde difficilement appréhendable »*. La bonne nouvelle chers lecteurs c’est que personne n’est épargnée et que nous sommes tous concernés car interdépendants.

Oui, concernés par la déforestation au bout du monde dont les conséquences sont bien palpables et vont nous éclabousser tôt ou tard dans nos foyers.

Concernés par les dictatures qui sévissent de décennies en décennies et qui poussent leur jeunesse en déserrance jusqu’aux abords des périphériques en Occident quand, par miracle, elle réussit la terrible, longue et douloureuse traversée.

Concernés également par nos sans-abris, nos voisins, nos collègues, nos amis qui, pour une raison ou une autre à un moment donné, peuvent se retrouver en fragilité ponctuelle ou durable. En difficulté sociale ou professionnelle, ils souffrent souvent en silence, ignorés, rejetés… L’altérité est-elle l’adversité ? Et la différence, l’exclusion de la présence de l’autre ?

2019 a été marqué pour E&H LAB par le lancement d’une 6 ème campagne d’intérêt général « Chaos » ; cette expérience inédite et immersive au cœur des troubles psychiques est une première étape pour sensibiliser des milliers de personnes aux affections mentales. Car derrière un trouble psychique, il y a un individu.

S’il est vrai que les désordres mentaux sont au premier plan en 2020 comme annoncé par l’OMS, la sonnette d’alarme est définitivement tirée : l’heure n’est plus ni à la formulation de simples vœux, ni à la culpabilisation, encore moins au questionnement, mais l’heure est à l’action. Il faut agir.

 

Et il s’agit d’agir de manière systémique ENSEMBLE : en COllaboration, en COopération, en CO-construction. Et de s’engager pour cette cause commune.

Les observateurs conseillent pour garder le cap en 2020 de créer des « Micro-Mondes » et de « générer des bulles positives protectrices » pour pouvoir résister à des situations extrêmement anxiogènes. « Chaos » représente cette bulle de bienveillance qui donne la possibilité à la fois d’une expression libérée et sans tabous sur les troubles psychiques, et aussi de la rencontre humaine et fraternelle. Bien davantage qu’une simple occasion de mieux comprendre des troubles complexes, « Chaos » est un tremplin pour remettre de l’ordre dans nos têtes, nos vies, notre société, notre rapport à l’autre et aux personnes qui nous entourent. La conscience n’est peut-être qu’une petite lumière fragile, mais ô combien précieuse dans le chaos du monde !

 

En 2020 et bien au-delà, nous irons de ville en ville, de pays en pays, dans des entreprises, déployer cette campagne audacieuse et engagée car, oui, il en va de l’intérêt général. Oui, les perceptions sur les troubles psychiques doivent évoluer. Oui, l’inclusion sociale et professionnelle des personnes touchées par des troubles psychiques permettra d’humaniser nos relations au lieu de verser dans la stigmatisation ou dans l’inaction ».

 

 

Deza Nguembock
Fondatrice & DG, E&H LAB

 

 

Sources :
Organisation Mondiale de la Santé (OMS)
Ipsos Trend Obs
The Journal of Science and Medecine