Avec l’apparition du Développement Durable, les entreprises ont été mises face à leurs responsabilités ; lesquelles sont dues à une évolution du rôle des entreprises au sein de nos sociétés. Perçue auparavant comme simple productrice de produits ou services, l’entreprise est aujourd’hui considérée comme un acteur sociétal majeur. Une position qui entraine de nouvelles exigences de la part de ses parties prenantes notamment sur les plans écologique, social et sociétal. Prise entre un devoir de responsabilité et de rentabilité, l’entreprise doit évoluer aujourd’hui dans un contexte à enjeux multiples.

La RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises), un sigle encore abstrait qui force l’entreprise à se reorganiser, à (ré)évaluer ses pratiques pour les adapter au monde de demain. Elle doit prendre en compte l’impact de ses activités sur son environnement et intégrer les enjeux du Développement Durable dans ses perspectives stratégiques.

L’entreprise a désormais des obligations d’ordre éthique et se doit d’assumer les conséquences de ses actes. A chaque étape de la chaine de production, ses activités impactent plus ou moins directement la société et plus largement l’Humanité. Cette prise de conscience croissante a fait apparaitre les notions d’entreprise citoyenne ou d’entreprise responsable. On parle désormais de valeurs organisationnelles, de modes de production, de bien-être au travail, autant de termes devenus des critères déterminants pour la réputation de l’entreprise.

 

De nombreuses études et classements RSE ont vu le jour : top 100 des entreprises les plus réputées en termes de RSE

 

A titre d’exemple, nous pouvons citer le « Reputation Institute », un cabinet spécialisé sur l’étude de l’image de marque des entreprises et leur réputation qui s’attache depuis plusieurs années à établir un classement des entreprises ayant la meilleure réputation RSE.

L’institut a livré son étude « CSR Rep Track » pour l’année 2016. Un classement des 100 entreprises qui ont la meilleure réputation RSE, basé sur un sondage de 6 millions de consommateurs portant sur la réputation de 3000 entreprises.

L’étude a été basée sur 7 indicateurs de réputation dont 3 constituent la réputation RSE : la gouvernance, la citoyenneté et les conditions de travail.

 

 

Top 10 du classement : Google, Microsoft et Walt Disney en tête de ce palmarès

Ilustration article réputation et rse

Connue comme l’une « des entreprises les plus vertes d’internet »[1], Google conserve sa première place depuis 2014. Malgré le considérable impact environnemental du secteur internet, le géant du web se démarque par une alimentation de ses datas center 100{3efcd36cb2ad05e83537e256c0e60d93531716a44c5997ed12af048f4ba2440e} renouvelable ou encore la création de Google.org, une fondation qui pèse plusieurs centaines de milliards de dollars destinée à soutenir de nombreuses initiatives sociales, de santé, durables ou écologiques. La marque bénéficie également d’une très bonne réputation auprès de ses consommateurs notamment pour sa politique de bien-être au travail (loisirs, innovations, salaires élevés…), son dynamisme et sa culture du challenge.

2ème de ce classement : Microsoft, qui gagne deux places par rapport au classement de 2015. Un positionnement justifié par des investissements dans les énergies renouvelables ainsi qu’une politique interne inclusive en faveur du bien-être au travail qui mise sur la collaboration et le dialogue.

A noter, que les deux multinationales font également parties du top 4 (Google 1er et Microsoft : 4eme) du célèbre classement Interbrand qui détermine les premières marques mondiales. [2]

Enfin, la troisième position est attribuée à Walt Disney qui conserve son rang depuis 2014. Une place justifiée par une image de marque forte associée à une politique RSE de qualité dont le crédo est de « divertir, sensibiliser et inspirer ».

[1] Etude « Click Clean » 2015 réalisée par Greenpeace

[2] Etude Interbrand 2016 « Best Global Brands 2016 »