Affiche de la 28ème Édition des Semaines d'information sur la santé mentale - 13-26 mars 2017

Santé mentale et Travail… C’est le thème de la 28ème Édition des Semaines d’information sur la santé mentale qui commence aujourd’hui et qui se déroule jusqu’au 26 mars.

L’occasion d’appeler à trouver des solutions adaptées pour l’intégration et/ou le maintien dans l’emploi des personnes vivant avec un trouble psychique. Ces dernières travaillent en effet moins que les personnes sans trouble. Elles ont également deux à trois fois plus de risque de se trouver au chômage. Les obstacles à l’emploi privent alors ces individus des bienfaits évidents du travail : valeur sociale, valeur identitaire, reconnaissance de la société, développement d’habiletés et de l’estime de soi,…

L’occasion également d’échanger sur des pistes d’actions possibles pour favoriser le bien-être au travail. Car si celui-ci peut avoir des effets bénéfiques, il peut aussi avoir des effets dévastateurs. Le monde du travail a subi de profondes transformations depuis ces dernières décennies. Les mauvaises conditions d’exercice d’un emploi, les pressions ressenties, les exigences accrues, le surmenage, la précarité, les tensions, etc. conduisent bon nombre de personnes à des états de troubles psychiques (stress, anxiété, dépression, irritabilité, angoisse, addictions, burn-out etc.).

N’oublions pas également l’impact du non-travail sur la santé mentale. Chômage, retraite, absence de travail, conduisent eux-aussi à de possibles souffrances psychiques. Les jeunes en sont tout particulièrement victimes de par les difficultés d’accès à l’emploi ou à la formation qu’ils rencontrent, et l’incitation à la performance qu’ils subissent de plus en plus tôt.

Les problèmes de santé mentale sont devenus l’une des principales causes d’absentéisme au travail et de retraite anticipée. Ils portent préjudice à la pleine efficacité professionnelle, induisent une baisse de productivité et de compétitivité pour la collectivité. Les employeurs s’intéressent donc de plus en plus à ce phénomène. Mais ils ne sont pas les seuls concernés. Il appartient à chacun de réagir et d’agir pour une bonne prévention des risques psycho-sociaux au travail.

Professionnels de santé, de l’entreprise, de l’éducation, du social, associations, usagers, familles, citoyens, élus, nous avons tous un rôle à jouer et des réseaux de solidarité à renforcer pour que tout individu, quel qu’il soit, puisse atteindre un plein épanouissement personnel et professionnel… Et cela ne pourra passer que par une prise en compte, une compréhension et un respect de l’Autre, dans son individualité.

http://www.semaine-sante-mentale.fr